C politique, la suite / Brut – Italie, la riposte des anti-mafia

C politique, la suite S12 : Invités : David Dufresne, Benoît Barret et Jean-Toussaint Plasenzotti diffusé le dim. 22.11.20 à 20h00

Lien : https://www.france.tv/france-5/c-politique-la-suite/c-politique-la-suite-saison-12/2080093-invites-david-dufresne-benoit-barret-et-jean-toussaint-plasenzotti.html

Télécharger : https://massimususini.corsica/wp-content/uploads/2020/11/cpol_112020_calabre.mp4

C politique, la suite – Jean-Toussaint Plasenzotti

C politique, la suite S12 : Invités : David Dufresne, Benoît Barret et Jean-Toussaint Plasenzotti diffusé le dim. 22.11.20 à 20h00

Lien : https://www.france.tv/france-5/c-politique-la-suite/c-politique-la-suite-saison-12/2080093-invites-david-dufresne-benoit-barret-et-jean-toussaint-plasenzotti.html

Télécharger : https://massimususini.corsica/wp-content/uploads/2020/11/cpol_112020_ghjsantu-2.mp4

séjour sur les terres libérées de la mafia

Fin 2019, Crim’HALT remporte un second un appel projet européen Erasmus+ dit « Mobilité de l’Education des Adultes« .

Projet 2019 : séjour sur les terres libérées de la mafia : mieux faire face à la grande criminalité en France

ECOPASS (european connexions contre le crime organisé et la promotion d’alternatives sociales) est un séjour de formation au cœur des coopératives antimafias en Italie, pensé avec la fondation Terre de Liens et l’association Culture Contre Camorra. Retrouvez la plaquette présentation :Télécharger

Pendant 5 jours, des membres de l’association spécialistes du secteur associatif et de l’économie sociale et solidaire visitent, débattent, interagissent avec les acteurs du quotidien sur des biens confisqués aux criminels dans la Région de Reggio en Calabre grâce au partenaire italien : la Coopérative Valle del Marro Libera Terra :

Francois Fameli vice-président CH & directeur du média CaféBabel magazine, Francesa Festa, chargé de mission à CaféBabelElise Van Beneden présidente d’AnticorJean-Pierre Caron trésorier de Terre de liensLucile Garçon chercheuses en sciences socialesFabrice Rizzoli co-fondateur de Crim’HALT, Philippe Lacroix chargé de mission pour le Haut Comité pour le logement des personnes défavoriséesRocco Femia journaliste & directeur de la revue culturelle RadiciHélène Constanty journalisteChristophe Andrée lanceur d’alerte et administrateur de la Confédération syndicale des familles, Franco Ianiello président Ianniello de l’associationCulture contre Camorra, Héloïse Rambert journaliste, Hélène Wagner exploitante agricole, lanceuse d’alerte, Jean-François Durazzo membre du collectif Massimu Susini Isabelle Souquet journaliste radioPaule Casanova-Nicolai journaliste Corse MatinStefano Vosa Grand Reporter Image, Julien Marcy réalisateur

sont en Italie du 7 au 12 pour apprendre les « bonnes pratiques » dans le combat contre le crime organisé à l’aide de l’usage social des biens confisqués. Sur la photo plus haut, le groupe devant le bien libéré de la mafia en Calabre. Cette maison imposante confisquée au clan Versace en 2006 est mise à disposition de la paroisse. En lieu et place d’un bar de mafieux et de lieux de violence contre les entrepreneurs qui ne voulaient pas payer racket : une auberge où le groupe a résidé, un centre d’activités pour les jeunes du quartier et un centre de soin ambulatoire pour tous.

L’objectif de ces projets cofinancés par le programme Erasmus+ de l’Union européenne : être armés pour obtenir un dispositif de restitution aux citoyens des biens confisqués ou être prêts lorsque ce dispositif sera en place…

Historique du plaidoyer :

Depuis 2009 FLARE France, ancêtre de Crim’HALT avec le soutien de Libera France milite pour se dispositif (cf. Lobbying antimafia à Bruxelles)

2014, l’association Anticor intègre dans son plaidoyer l’usage des biens confisqués.

2015, lors de semaine européenne contre le crime organisé, Crim’HALT bénéficie du soutien de l’association « Culture contre la Camorra »

2016, le monde l’ESS obtient l’usage social des biens confisqués mais le Conseil Constitutionnel prive les citoyens de l’unique moyen de changer les mentalitésé

2018, Terre de liens soutien le plaidoyer de Crim’HALT (cf. Tribune Reporterre)

2019, le Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées soutient l’objectif de Crim’HALT visant à une utilisation sociale des biens mal acquis en particulier pour développer l’offre de logements pour les personnes vulnérables

En 2020l’Assemblée nationale vote pour la seconde fois l’usage social des biens confisqués mais le confinement empêche le vote définitif…

12.09.2020 discours d’hommage de Rinatu Coti

.

A lucidità

In unu di i so salmi, u salmistu, veni à dì Davidu, rè ebreiu dici :
“T’ani l’ochja è ùn vèdini micca”.
Avarà vulsutu mintuvà solu l’ìduli indiffarenti, i stàtuli alzati, i
viteddi d’oru ? Innò sicura. U dettu corsu hè colmu à saviezza :
“l’ochji sò d’acqua”. Veni à dì à l’accorta chì omu ùn si pò fidà
cusì à a prima di ciò ch’eddu vedi.
Prima di mora in 14 duranti a Grandi Guerra, nutava Charles
Péguy : “Il faut toujours dire ce qu l’on voit : surtout, il faut
toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit.” Stu mònitu
puèticu putenti era estèticu quant’è pulìticu. Un antru chì aia
fattu a listessa guerra, Georges Bernanos scrivi in 1938, in u
listessu filu : “Il faut voir. Il faut comprendre. Voilà.”
Semu Corsi par vìa di a leia singulari chè no t’emu cù a Corsica.
Veni mali à dà una difinizioni chjara è capiscitoghja di sta leia. Ùn
si tratta par appuntu di calcosa matiriali, cuncretu, tuccatoghju.
Hè di l’òrdini mintali. L’ochja carnali ùn a vèdini. Ùn poni essa cà
l’ochja intiriori, mintali ; spirituali, à disciffrà sta leia. Hè propiu
u rapportu chè no t’emu cù l’ìsula di Corsica. A Corsica hè una
muntagna à mezu mari, una terra avvinta ad acqua. Cù tanti
sèculi di storia, di spirienzi umani. Cù a so lingua propia. Chì, ad
avà s’hè mantinuta trè bè è mali.
Sta leia, stu rapportu, hè chì a cuscenza stòrica di u pòpulu corsu
hà fattu di una terra un Locu. U Locu si contrapponi à a terra. A
2
terra si compra è si vendi. Si spiculeghja. Si subbàccani i
cimiteria, lampendu l’ossa par aria, si vèndini i ghjesgi, i sipolcri
dundi ripòsani i santi. Si custruisci accindendu candeli à santu
parpaing.
Sta nuzioni di Locu hè u puntu maestru di a nostra cultura longu
i sèculi. Hè una custruzzioni mintali, immatiriali. Ùn hè cuntinuta
in nisun stuvigliu. Stu Locu hè u nostru lumu chì canna a
bughjura com’è una frezza infiarata. Ma inveci di lumu
diciaraghju luci. Datu chì a luci hè a fonti, è u lumu veni da a luci.
Stu Locu hè propiu u situ anticu di i misteri chì ci vàrdani. Oghji
u pòpulu corsu hè cacciatu da a so terra, calcicatu in i so dritti da
nazioni stòrica. Ramintemu chè no fummu a prima ripùblica cù a
so custituzioni scritta. Ma ùn àiami micca drittu à u Sèculu di i
Lumi, ci tuccava in mala sorti u Sèculu di u Tarrori.
Quandu unu vidìa ciò chì l’altri ùn vidìani micca, si dicìa : “U
tali vedi”. Di fatti, avìa a capacità, dàtuli da a sorti, di veda drentu
à sè, ciò chì, di fatti, era drentu à tutti, ma chì altru nimu cacciatu
à eddu pudìa veda. Hè un fattu di cultura, di a nostra cultura, a
leia cù u Locu. L’aghju ditta hè una rilazioni immatiriali, chì a
cultura tramanda. Hè un misteru assulutu. Ogni Corsu n’hè
partificianti. Veni à dì ch’eddu hè coeredi di sta cultura fonda
scritta in a mimoria di i sèculi di i sèculi, propiu nanzi à a ghjunta
di u cristianìsimu circa u IIu o u IIIu
sèculu di l’èpuca cristiana.
Ordunqua si tratta di tuttu ciò chì arriguarda u nosciu
paganìsimu isulanu.
3
A petra. A Corsica hè una petra. O megliu ancu, unu scogliu. In
a tradizioni univirsali, a petra teni un postu di prima scanurza. U
rapportu hè strettu trà l’omu è a petra. Sicondu a lighjenda di
Prumiteu, prucriatori di u ghjènaru umanu, i petri ani trattinutu
un odori umanu, un sisu carnali. A petra è l’omu prisèntani un
doppiu muvimentu di cuddata è di falata. A petra schietta scendi
da u celi ; trasmutata, s’alza ad eddu. In Rumanìa, a tradizioni
stabilisci chì Cristu saristi natu da una petra scesa dal celi. È
Cristu quand’eddu stituisci à quiddu chì sarà à capu di a so
Ghjesgia dici à Simonu (frateddu d’Andrìa) « sè filici tù, o Simò,
figliolu di ghjonas (…) A ti dicu chè tù sè Petru, è chì nant’à sta
petra custruiraghju a me Ghjesgia. (…) Traduzzioni prutistanti
da Louis Segond in 1910 di u Vangelu di Matteiu. À Petru u
chjàmani dinò Céphas. In principiu di u so Vangelu (traduzzioni
di u canònicu Augustin Crampon, edizioni di 1928), Ghjuvanni
dici (1-42) : « Or, Andrìa, frateddu di Simonu-Petru, era unu di i
dui ad avè intesu a parola di Ghjuvanni, è ad avè suvitatu à
Ghjesù. Scuntreti prima u so frateddu Simonu, è li dissi “Avemu
trovu u Missìa (ciò chì traduci Cristu).” È l’avvicineti da Ghjesù.
Ghjesù, fighjulàtulu, dissi : “Tù, sè Simonu, figliolu di Ghjonas ;
sarè chjamatu Céphas (ciò chì si traduci Petru).” Or Céphas est
una parola aramàica o siriaca Kéfâ, chì significheghja petra.
U Missìa, aia vistu à Petru, ma aia ancu vistu ciò ch’eddu aia
vistu, drentu à Petru, c’era Kéfâ.
4
U scogliu ùn hè solu a chjappa chì sfiurizzeghja à gallu di mari,
di fiumu, hè ancu a chjappa chì sfiurizzeghja à gallu di terra. A
Corsica hè un’immensa chjappa incirniata à mari, unu scogliu in
mari. Dundi a casa sarà più ferma cà fatta nant’à a chjappa, u
scogliu ? Si custruisci dunqua propiu dirittamenti nant’à a
chjappa dundi a casa pari sorghja è alzassi. Casa dolci è trimenti,
uspitaliera è numica. Tocca è tocca o tremindui in un tempu. Sta
casa di a terra rispondi com’è unu spezia di contraccambiu à
l’altra casa, a casa di u celi, doppiu simbòlicu di a prima. Faci chì
stu celi ùn hè com’è un èteru, bensì com’è una superficìa dura, di
a petra. Ci sarà ghjastema più orrenda ? Ch’edda ti falghi l’aria à
pezzi ! (que le ciel te tombe sur la tête en morceaux !). O peghju :
Ch’eddi ti fàlghini l’ànguli è i triànguli ! (puissent te choir sur la
tête des angles et des triangles !). Ch’eddi ti fàlghini l’ànghjuli è
l’arcànghjuli!
Ma tutti sti storii di petri, o aneschi o parechji, t’ani à chì veda
cù i morti. Dicu bè i morti è micca a morti. Raconti antichi dani
tistimunianza chì fili invisìbuli ci tènini stretti è ci vìdani. Da
scansalli, c’era un usu cunghjuratoriu, à meziornu è à mezanotti,
prima di varcà una vadina, si lampava trè pitrucceddi in acqua.
Trè chì hè u sciffru di a morti. Ma di più ancu di pitrucceddi in i
tempi da furmà u muchju, chjamatu dinò ‘hermès’, è chì hè
furmatu lampendu una petra o una vetta nant’à una mora à u
locu stessu dundi un omu hè statu uccisu in modu viulenti. St’usu
5
era cunnisciutu in tuttu u Maritarraniu. Hermès vardava i stradi
è i crucicvii.
Quandu si supilliva in a terra è micca in l’arca, s’usava à ficca
una petra in testa di a fossa è un’antra à u pedi. Dopu l’usu hè
cambiatu. Si missi in testa una croci, pà u più in petra o in farru
stazzunatu. Sti petri ramèntani i ceppi di u latinu cippus, culonna
tronca nant’à i sipulturi, ma ancu tàrminu. Sti petri sò scritturi in
terra, veni à dì giugrafìa. Sò indizii, vistighi, ma ancu attrazzi
d’esorcìsimu. U segnu, signà, fòrmani un insemu.
Sti petri pisati sò tàrmini, in ogni sensu di a parola. Ognunu hè
una parola è una lìmita, puru sì in certi di i nostri parlati l’usu hà
stabilitu una diffarenza : tàrmini è tèrmini.
Eppo’ ci voli ad evucà sti petri pisati, veri cantona, certi volti
riaduprati in i casi o in u subbassu di catidrali, com’è in Savona, I
stàntari. Cù u verbu stantarà : firmà sopr’à locu senza mòvasi. Sò
tamanti petri lungaruti, alzati da più di trè o quattru millenia fà.
Sti petri sculpiti, antrupumòrfichi. Chì c’insègnani ? Chì ci voni
dì ? Misteru. Ma si pensa à a spiccia, attu di pona a prima petra di
una casa. S’eddu si stendi una stàntara da una sponda à l’altra di
una vadina si forma un ponti, ciò chì arriguardu u simbòlicu, hè
un locu di scambiu rigulatu, datu ch’eddu faci lìmita. Una forma
allungata, hè un corpu stesu, stabilizatu. Un corpu cumunu, una
scrittura in u spaziu, chì immubilizeghja a materia primurdiali. U
tàrminu, u passaghju, a lìmita, sò tanti petri da adunì, unificà,
figurà è prefigurà l’essa in a so diminsioni ùnica è univirsali.
6
Si parla suventi di a petra alzata di i Cèltichi ch’eddu si ritrova
sott’à a forma in campanili di i ghjesgi. Quandu si cilibrava u
cultu nant’à a petra, ùn s’addrizzava micca à a petra stessa, bensì
à u bè chì n’era divintata u sidili. Ancu oghji a messa rumana hè
cilibrata nant’à una petra posta in un biotu di l’altari, o in terra
sott’à l’altari, è dundi drentu sò cuntinuti rilìquii di santi, màrtiri
di prifarenza.
I petri ùn sò micca massi morti ; cusì i betili figùrani petri vivi
caduti dal celi ; fèrmani animati ancu dopu à a so caduta. Si
pudarìa truvà in u Zohar, in i cummenti di u Talmud è in i
Midrachim scritti nant’à i petri propiu si sommu intaressu. Sti
spiicazioni sarìani priziosi da capì u sensu di a petra in i tempi
andati.
Par vìa di u so caràttaru micca cambiatoghju, a petra
simbulizeghja a forza è dunqua a saviezza. Hè suventi assuciata à
l’acqua. Cusì Mosè, à l’intruta è à a sciuta di u disertu faci sbuttà
una surghjenti impittendu una petra (Eso., XVIII, 6). Or l’acqua
anch’edda simbulizeghja a saviezza. A petra mintueghja l’idea di
meli è d’oliu (Gen. XXVIII, 18 ; Deut. XXXII, 13 ; Ps. LXXX, 17).
Quand’una parsona citava u so paesi nativu usava à dì : “O la me
Palestina di latti è di meli…” Si pò ancu assumiglià a petra à u
pani. San Matteiu parla di u Cristu vidatu da u Spìritu in u
disertu, è u diàvuli li pruponi di fà pani di i petri.
A parola betili hà in Ebreiu u sensu di “casa di Diu” (Bet-el). U
sensu di Betleem (Bet-lehem), chì significheghja casa di pani, hè
7
strittamenti apparintatu à Betel. Guglielmu di Saint-Thierry,
cummintendu unu scrittu di u cànticu di i càntichi sicondu a
Vulgata (II, 17) diciarà chì Betel significheghja a dimora di Dìu,
veni à dì a casa di i « veghji », di a vighjilanza. Pà quiddi chì ci
stani, a vighjilanza di u so cori li pirmetti di goda u sicretu di a
virità chì, da dopu, li culmarà a mimoria.
Citaraghju avà un usu nostru, anticu è più cà scunnisciutu. In i
tempi, in certi paesi di l’ìsula, vicinu à a ghjesgia, si truvava una
tola di petra. Nant’à sta petra a ghjenti si ghjurava è inghjiru ad
edda s’adunìani i capi di a cumunità paisana. Sta petra si
chjamava petra à l’aringu (o l’arringu). L’Aringu era l’accolta di a
cumunità sana.
Oghji si ni cunnosci dui in Corsica. Ci hè quidda di San Martinu
di Corduella, cumuna di Montemaghjore. Si trova vicinu à i ruini
di a ghjesgia di San Martinu situata in u centru di a necròpoli,
una petra detta petra di l’Aringu. Hè una tola longa dui metra,
larga nuvanta cintìmitri è spessa da quìndici à vinti cintìmitri. Era
sposa primitivamenti nant’à una tomba fatta d’arziglia è
incalcinata, piena ad ussacami.
L’Arringu di San Gavinu di Carbini si situava cù a so petra in
un cimiteriu antichìssimu. A petra forsa sposa nant’à quattru
culunetti di granitu furmendu cusì una tola com’è in
Montemaghjore.
I dui petri sò posti sopr’à sipulturi. L’ossa trovi in a tomba di
San Martinu ùn poni essa rilìquii d’unu o parechji santi, chì
8
tandu sarìstini missi in ghjesgia. Si pò pinsà chì si tratta propiu di
un cultu di l’antichi è à a brama di a campagnalità è di a paisanità
d’accògliasi è di cunchjuda l’atti chì riguàrdani a cumunità – si pò
dì u cumunu – nant’à a tomba di l’antichi o di u fundatori di u
paesi. Si pò dà chì a ghjenti l’avissi fighjulati par santi.
Ma t’aveti dinò sti petri chì avànzani da i casi di prima, sò i petri
tistimonii. À chì ghjòvani ? Sèrvini da lià à l’antica, a casa nova
chì s’hà da fà da dopu. Paulu Zarzelli ni sciglìa quattru lizzioni. A
prima lizzioni hè quissa : da pudè crescia è furtificassi a nova casa
nicissiteghja l’antica. Di fatti, i gudimenti, i passatempi, u danaru,
a moda, u cunsumirìsimu ùn ani mai insignatu à l’omu u sensu di
a misura, di u ghjustu è di u veru. A siconda lizzioni di sti petri chì
avànzani hè quidda di u donu. Si tratta di fà i cosi da ciò ch’eddi
sò è micca da u prufittu. A terza lizzioni hè quidda di l’ecunumìa.
Ùn si faci micca una casa ogni ghjornu. Tocca à u più vechju ad
accenda u focu a prima volta, focu presu in a vechja casa
affiancata. A quarta lizzioni hè quidda di a tistimunianza. Sti
petri chì avànzani pòrghjini u missaghju di tutti l’innanzoni.
Cànnani u tempu senza chì i lizzioni ch’eddi manifèstani ùn
fùssini intarrotti. Bisogna à sapelli leghja.
Ci voli à scantà da u smintecu i suviddati accumulati da i savii.
Ci voli à pruvà di scopra u sensu ascosu di i cosi, di buscà in l’essa
in un tempu u prmitivu è l’eternu. Aia scrittu Pier Paolo Pasolini
chì a vita hè u sonniu di una cosa. A vidimu, forsa, ma ùn sapemu
micca veda ciò chè no vidimu. U parsunaghju chì era in cosa di
9
veda era propiu u mazzeru, mizianu trà u locu visìbuli è u Locu
invìbuli, mizianu trà u sàlvaticu è u mansu, mizianu trà a morti è
a vita.
Ci sò dui pinsamenti maestri. U prima hè di Miguel de
Unamuno : « a tradizioni hè a sustanza di a storia ». u sicondu hè
di Pablo Neruda : « a lingua hè u sangui di u pòpulu ». Ordunqua,
Locu, storia, lingua sò i trè cumpunenti di a nostra cultura
cumuna chì, impastàtusi di leva in purleva, sò un acquistu in
traccia si sguagliassi. Ed hè a peghju viulenza. Ci hè una siquenza
in u so Vangelu dundi l’apòstulu Matteiu dici chì sò i viulenti chì
vìncini. Da a nàscita di Ghjuvan Battisti ad avà, u regnu di i Celi
pati a viulenza, è viulenti pùgnani di pussèdali.
Noialtri lacaremu chì ciò chì l’apòstulu scrissi dui milla anni fà
fussi a vìa di l’avvena di a nostra terra ? À Massimu l’ani toltu
tuttu ciò ch’eddu era. Eppuru ferma quì prisenti. Vidìa. Or quiddi
chì arrùbani, chì tòmbani, ùn voni chì nimu vidissi. U silenziu i
varda. Cunsidarèghjani chì tuttu hè soiu par vìa ch’eddi sò nati.
Si dani u vantu d’avè a libartà di fà ciò chì li pari. Di i leghji
ufficiali ùn n’ani nisuna primura. Eddi fàcini sicondu i leghji
ch’eddi ani stituitu. Sò pridaghji.
Più di centu anni fà, vescu Paulu Matteu de la Foata scrivìa :
“Dici un anticu : la leggi è una ragnata.
Passa la mosca, vi ferma ‘mpastuggiata ;
Passa un bóiu cù li corra,
Lassi pórta scarmigliata.
Dunqua u povaru lu teni ;
Ma lu riccu passa e veni.”
10
È Massimu era una preda. A matina andava à i so fatti. Li tòlsini
a vita. Hè corsu u so sangui. Ma tù, caru Massimu, ùn sè stesu. Sè
rittu. In a splindurenti biddezza di a to ghjòvana ità.
Tù, caru Massimu, hà vistu ciò chì ùn và micca, l’hà ditta in
pùblicu. Hà analizatu l’affari è i toi i paroli sò ghjusti è veri. A
virità libareghja.Ma hè priculosa. Vedi, è vedi ciò chè tù vedi.
Sta petra varda a to parola è ci varda da impidacci à fà ciò chì ci
tocca à fà in ànima è cuscenza da i vivi insemu à i morti cù i so
ossa umiliati.
Ùn ci sarà mafia nè altru nimu chì ci mittarà u sassu in bocca.
Rinatu COTI

  1. IX. 2020

Cunfarenza stampa – Tribunali d’Aiacciu

sàbatu 22 aostu 2020

Massimu Susini mori assassinatu u 12 sittembri 2019.

A mani di u 12 sittembri scadutu, Massimu, andendu ad apra u so stabilimentu in Carghjesi, hè tombu à tradimentu.

Ci hè un tistimoniu di viduta chì era sopr’à locu quandu Massimu hè statu uccisu, è chì hà avvisatu sùbitu i ciandarmi chì ùn ani micca postu travati da intuppà l’assassini chì si ni sò andati com’è chì nienti fussi.

Massimu Susini hè statu assassinatu par vìa chì s’uppunìa in parsona è in paroli à una banda di maiali è à u so capu indiati à metta à Carghjesi à l’abbottu.

U 5 uttrovi 2019, in piazza pùblica di Carghjesi, s’hè creatu u Cullittivu antimafia « Massimu Susini ». Ed era di règula divuta, chì Massimu a sapìa ch’eddu affruntava a mafia.

Pà a prima volta, un associu dicidi in i so statuti di custituissi partita civili in i pruciduri incausendu pràtichi criminali chì voni cuntrullà attività ecunòmichi è finanziarii, furà u dinaru pùblicu, assassinà o pruvà d’assassinà in leia cù sti pràtichi di u crìminu urganizzatu. Dunqua di fà ricunnoscia u “dilittu d’associu di malfattori cù u scopu di custituì un’impresa mafiosa”.

Da dopu ùn emu più mintuvatu à Massimu, lachendu chì l’istituzioni ghjudiziaria cù a so pulizza fessi l’inchiesta, ma òndici mesi dopu à l’assassiniu di Massimu, ùn si sà nudda. Avemu intarpillatu publicamenti l’auturità statali : prifetta, pracuratori ginirali di a Corti d’Appellu, l’eletti di l’Assemblea di Corsica è di u Cunsigliu Esecutivu. N’appillemu à u pòpulu, à i media.

Di mafia nimu ni vulìa senta nomu. U fattu stà chì à Massimu l’hà tombu a mafia. Chì u voli canciddà puru avà ch’eddu hè mortu. U so visu hè imbaddinatu, dopu à u so nomu ‘Massimu sempre vivu” ani scrittu “mortu”. Tumballu una volta ùn li basta. U voni canciddà. A d’ani pruvata di brusgià u so stabilimentu chì era u so stantapani.

Semu in Corsica. Pà a mafia, pà i pìcculi mafiosi, Massimu hè oramai più priculosu mortu và vivu. Ci sò chì ùn ani accittatu a parola mafia. È avà si parla di vindetta. Par appuntu semu in Corsica. Ùn si tratta di una famiglia opposta à una famiglia.  Hè una banda di criminali mafiosi chì tolsi a vita à Massimu.

Vurrìstini ch’edda fussi una lita trà dui famigli. Ma ùn pò essa è ùn hè micca. Ùn sò micca cumunicati di stampa, in tèrmini sbagliati o vulintarosi, chì farani chì un’impresa criminali mafiosa fussi qualificata di vindetta.

Ùn ci hè nimu à vindicà. Ciò chì abbisogna hè a ghjustizia, dunqua a virità. Cusì i patti sò chjari è lindi. Dicìani in i tempi “u Corsu ama a ghjustizia”. Massimu a  ghjustizia l’amava. Noialtri a ghjustizia l’amemu. Ciò chè no dumandemu pà Massimu hè a ghjustizia. Ed hè di règula. Hè corsu u so sangui. U so sangui briona à l’arechji di tutti : steti cù mecu, alzeti u capu.

Tògliali a cuscenza à Massimu, v’eccu ciò chì u gruppu mafiosu in Carghjesi vulìa fà. Or nimu piglia a cuscenza di nimu. Chì ci semu noi. È noi a sapemu. Semu vardinchi. Masssimu hè quì. Massimu hè vivu. Massimu hè sempri vivu.

A mafia voli impona u so tarrori in Corsica sana. Ma ùn timimu nisuna minaccia è à nimu minaccemu nè oghji nè dumani. U sacrifiziu di Massimu hè u so onori. Chè no li fùssimu o nò apparintatu, Massimu ci hà datu tuttu quantu d’eddu. Comu mai pudarìstimi scurdacci d’un donu cumpagnu ! Mancu pinsalla ! Era vardincu d’issa tarra di Corsica, di a so lingua, di a so storia, di a so ghjenti. L’ani toltu u so fiatu ma ùn l’ani toltu u so pinsamentu, nè i so idei, chì viàghjani da una parsona à l’altra.

Morti ci n’hè statu è ci n’hè. I mafiosi, i capi è i taccheri chjuchi è maiò, gòdini soldi è benistà. Stani in i so beddi casi, campendu à solda arrrubati è paghendu pìcculi assassini chì bràmani d’alzassi à u cumandu. Viàghjani in vitturoni blindati avvinti di porchi à u so cumandu.

Vulemu essa in una sucietà civilizzata. Par ciò bisogna chì l’attività criminali fùssini scantati. Ed hè nicissaria :

1) d’intruducia in a leghji u crìminu “d’associu mafiosu”

2) di toglia i pussessi d’ogni parsona cundannata par vìa di a so appartinenza à un associu mafiosu

3) d’allargà è rinfurzà u statutu di cuperatori di ghjustizia di modu à indibulì u crìminu urganizzatu è dà à i criminali a pussibilità d’amindassi.

V’èccula a nostra a “vindetta”, quidda propiu chè no vulemu. Ed hè a “vindetta” a più timuta da i criminali mafiosi.

U locu teni menti i vistighi di l’assassiniu di Massimu. D’eddu nienti mori, tuttu hè prisenti è vivu. Hè a putenza di a mimoria antica, a mimoria di u nostru cumunu, di ciò chì hè di tutti, i morti è i vivi. I mafiosi ùn i sani micca tutti sti cosi. Ùn sani – è ùn fàcini – altru cà latrìsimu, sangui calcicatu, disonori, vituperiu.

Ùn lacaremu micca chì a Corsica divintessi un purcili. Ùn lacaremu micca chì a Corsica divintessi una mafia. Ùn lacaremu micca chì a Corsica divintessi una barbarìa. Semu ribraduti è dicisi. A nostra cultura, spichju di u nostru cumunu, hè u nostru sguardu da sceglia, à mezu à a bughjura, a strada di a vita, propiu a strada di Massimu. Avà. Insemu.

L’impegnu degnu di Massimu hè u nostru. Ùn ghjastimemu à nimu, ùn inghjuliemu à nimu, ùn rimbicchemu à nimu. Andemu à u passu chè no avemu sceltu è tracciatu, cù l’amori di a nostra ghjenti. À chì ùn si misura ùn dura. A  règula hè ghjusta ancu in casa à u rè. I valori di l’antichi valìani arimani è vàlini oghji. Sò a nostra arca di ponti, u sacraziu di i nostri maiò dundi dormi Massimu. Hè a nostra forza. È ùn ci hè tema chì ci farà vultà in daretu. Dund’è no semu, stemu. Aspittemu chì a ghjustizia fussi ghjusta, puri puri. Pà a paci chì bisognu ci hè.

Rinatu COTI

Conférence de Presse – Tribunal d’ Ajaccio



« VENDETTA » ou MAFIA
FABLE et REALITE


Massimu Susini a été assassiné il y a maintenant 11 mois.
Dans le mois qui a suivi, le Collectif s’est crée et a désigné l’origine et les causes de son assassinat.
Elles sont claires pour tous ceux qui ont pris le temps de nous écouter et les quelques tentatives
pour nous contredire n’ont pas duré longtemps face à une réalité que beaucoup de gens subissent
partout en Corse .
Nous n’avons accusé nommément personne et personne, pendant ces onze mois, ne nous a accusé de
calomnier ou de diffamer.
La seule critique majeure à laquelle nous avons eu à faire face c’est que « la mafia n’existe pas ! ».
Cette critique fait aujourd’hui sourire tout le monde (et d’ailleurs plus personne ne l’utilise).
S’il y a un combat que le Collectif a gagné, c’est bien celui de l’idée que la mafia était désormais
une réalité en Corse et qu’elle était tentaculaire.
Si la région de Cargèse vit une situation d’imprégnation mafieuse particulière , c’est que ce
phénomène est récent et donc en retard sur d’autres régions de Corse.
C’est, en partie, ce qui explique la violence continue et ciblée qui s’y exerce.
L ‘assassinat de Massimu est l’abouttissement de cet enracinement et des collusions tissées entre la
bande de jeunes voyous de Cargèse et de bandes plus installées d’Ajaccio.
La surprise pour les mafieux, confirmés ou en devenir, c’est que la mort de Massimu Susini a
provoqué une onde de choc dans la société corse. Elle a ouvert les yeux de beaucoup et mis mal à
l’aise les autorités chargées de notre sécurité et les élus chargés de nous représenter.
On a pris l’habitude en Corse d’oublier les victimes d’assassinat. Il est vrai que ces assassinats
peuvent avoir plusieurs origines. Mais même pour les assassinats de « victimes innocentes » (et il y
en a eu de nombreuses) il y a comme des pudeurs honteuses qu’il faut oublier rapidement.
Massimu Susini n’est pas à ranger dans la catégorie des « victimes collatérales » (ignoble propos).
Non, Massimu Susini a été assassiné parce qu’il s’est opposé physiquement et en paroles à la bande
de crapules et à leur chef qui veulent mettre le village sous coupe réglé.
La nouveauté amère, pour les mafieux, c’est que Massimu Susini onze mois après, est toujours avec
nous.
-Sempre Quì ! – Sempre cù Noi ! – Sempre Vivu ! –
Son nom, son visage sont partout. C’est intolérable pour les petits mafieux.
Alors ils profanent, ils tirent sur son visage et ils mettent le feu à ce qui était son gagne-pain.
Son visage, son image, son nom et sa mémoire doivent être effacés pour que disparaissent toutes les
traces de leur crime. Mais ce n’est pas tout. Il est envisagé de faire disparaître physiquement tous
ceux qui lèvent la tête, tous ceux qui portent la voix et la mémoire de Massimu Susini. Cela nous le
savons, et nous l’avons dit après que Massimu ait été assassiné.
Pour la mafia c’est une nécessité impérative. Afin de s’emparer de Cargèse comme butin de guerre,
elle doit éliminer les résistants et elle doit le faire dans la terreur. Cela servira de leçon à tous les
autres.
Aujourd’hui une fable nouvelle essaye de voir le jour :
Ce serait une « Vendetta entre deux familles ».
Cette inteprétation, bien commode pour les mafieux, ne résiste pas à l’analyse.

  1. Le Collectif Massimu Susini
    Crée le 5 octobre 2019, après l’assassinat de Massimu, très vite il a élargi ses prérogatives en
    inscrivant dans ses statuts qu’il se constituera partie civile dans les procédures mettant en
    cause, notamment, des pratiques criminelles ayant pour but le contrôle d’activités
    économiques et financières, les détournements d’argent public, les assassinats ou tentatives
    d’assassinats liées à ces pratiques du crime organisé. Pour la première fois une association a
    inscrit dans son objet social sa volonté de faire reconnaître « le délit d’association de
    malfaiteurs en vue de constituer une entreprise mafieuse ».
    Depuis janvier dernier, toutes nos interventions ont consisté à interpeller les élus et les
    autorités de l’Etat sur le danger mortel, qu’est pour la Corse et ses habitants, l’infiltration
    mafieuse dans tous les rouages de la société.
    Nous n’avons plus parlé de Massimu et nous avons laissé les enquêteurs faire leur travail.
    Mais force est de constater qu’à ce jour l’enquête n’a débouché sur aucune interpellation.
    Malgré le fait que les services de gendarmerie aient été alertés par un témoin oculaire qui
    était sur place au moment des tirs meurtriers, aucun barrage n’a été mis en place, laissant
    ainsi les assassins partir sans être inquiétés.
    Notre Collectif, tout le monde a pu le constater, est resté, malgré tout, sur sa ligne de
    conduite adoptée dès sa création : attendre que la justice fasse son travail, malgré les
    étranges et incompréhensibles « loupés » qui ont marqué le début de l’enquête.
    Il est hors de question de dévier de la voie que nous avons définie et inscrite dans nos
    statuts : lutter contre la mafia en Corse en continuant de proposer, comme nous l’avons déjà
    fait, aux élus et à l’Etat des moyens nouveaux et adaptés pour se débarrasser d’un péril à
    l’ampleur tentaculaire.
    Nous continuerons à dénoncer les violations de la loi et de l’intérêt commun qui favorisent la
    spéculation immobilières et les détournements d’argent public. L’intérêt commun est notre fil
    conducteur et l’expression publique notre manière d’agir.
  2. La fable de « la Vendetta » et de la guerre entre familles.
    Les menaces de mort que nous avons reçu via un communiqué, nous ont contraint à une
    réponse rapide. On tente de la détourner de son objet. On aurait affaire à une « vendetta
    entre deux familles »… Or nous rappelions notre droit, comme pour chaque citoyen, à la
    légitime défense. Ce n’est en rien une menace, mais la simple affirmation du droit à
    préserver sa vie. Le Code pénal donne ce droit : article 122-5.
    Le Collectif n’a jamais mis nommément en cause une personne ou une famille. Les familles
    sont des entitées sociales complexes et elles ne jouent plus totalement le rôle qui était le leur
    dans le passé. Réduire cette bande de crapules à une famille est ridicule et inopérant pour
    comprendre la réalité du danger. Les crapules en question sont issues de familles différentes
    et, pour l’écrasante majorité, honnêtes et travailleuses. Dans toutes ces familles vous avez
    des gens profondément honnêtes et puis il y a certains de ses membres qu choisissent la voie
    du crime. C’est qu’il y a, dans ce pays, quelque chose de pourri qui diffuse son venin et qui
    produit ces crapules.
    Pourquoi ont-ils assassiné Massimu ? Une « Vendetta » ?À propos de quoi ou de qui ?
    Pourquoi ont-ils criblé de balles son image, tagué « mortu » à la suite de « sempre vivu » ?
    Une « Vendetta » ?
    Pourquoi ont-ils essayé de brûler son établissement alors qu’il n’est plus là ? Une
    « Vendetta » ?
    Après la fable de « la mafia n’existe pas ! », nous avons la fable de « la Vendetta ». Paresse
    intellectuelle ? Commodité pour ne pas regarder la réalité en face ? Il faut dire que cela
    n’aide ni à comprendre le phénomène mafieux ni à le combattre.
    Le but du Collectif n’est pas de « venger » Massimu mais de lui rendre hommage en
    continuant son combat pour lui donner une dimension à la hauteur de son sacrifice. Onze
    mois après, nous sommes encore là. Onze mois après, Massimu est encore là.
  3. Les solutions pour éviter d’autres assassinats et mettre fin au developpement
    mafieux
    Bien entendu, chacun a compris le message de mort délivré par le communiqué signé
    « famille Carboni (et) les amis ». Communiqué en grande partie anonyme. Aucun des mots
    n’a été retiré par la personne qui a écrit le communiqué. Donc la menace est toujours là.
    Nous avons déclaré que nous nous défendrions en cas de volonté d’atteinte à notre vie. Ce
    n’est là que l’application d’un droit que donne le code pénal et s’appelle « légitime défense ».
    Cependant nous ne nous faisons pas d’illusion. Nous avons des vies régulières comme tout
    un chacun, les mafieux ont tout loisir de préparer les assassinats. Nous n’avons pas de
    voitures blindées ni des moyens d’agression ou de protection dont bénéficient les mafieux.
    Nous n’avons pas non plus, leurs capacités financières. Nous n’avons pas, au final, leur
    impunité. Le combat est inégal.
    Nous voulons vivre dans une société civilisée. Pour nous et pour nos enfants. Nous voulons
    que tous ces criminels soient jugés de manière civilisée. Aujourd’hui nous sommes
    assassinés, rackettés, intimidés, la drogue se diffuse partout et empoisonne notre société.
    Notre société, c’est à dire nous tous, doit se défendre. D’autres pays ont affaire avec ce type
    de criminalité organisée qui est à la fois très violent et de plus en plus sophistiqué. Ils ont
    adapté leurs outils juridiques pour faire face à la menace. La loi RICO (1970) aux EtatsUnis, la loi DELLA TORRE/ROGNONI (1982) en Italie ont porté des coups terribles aux
    organisations mafieuses. Nous devons nous en inspirer si nous voulons avoir une chance de
    renvoyer à la marginalité les activités criminelles.
    a) Introduire dans la loi le crime « d’association mafieuse
    b) Saisie et confiscation des biens de toute personne soupçonnée d’association
    mafieuse.
    c) Elargir et consolider le statut de coopérateur de justice afin de fragiliser le
    crime organisé et donner aux criminels la possibilité de s’amender.
    Voilà la seule « vendetta » que nous voulons. Et c’est la « vendetta » qui fait le plus peur aux
    criminels mafieux.

Pour cela nous avons besoin les uns des autres. Nous avons besoin des autorités chargées de
notre protection. Nous avons besoin des élus chargés de nous représenter.
À ce titre, nous allons demander à rencontrer les quatre parlementaires représentant la
population corse afin de leur proposer de présenter un projet de loi antimafia. Ils auront ainsi
la possibilité, en protégeant le bien commun et la vie de leurs compatriotes, de rentrer dans
l’Histoire.
Nous avons besoin de vous tous, citoyens et médias, pour nous opposer à une barbarie qui se
présente comme modèle futur pour notre jeunesse. Nous avons besoin de vous pour sauver
la Corse et les corses.