séjour sur les terres libérées de la mafia

Fin 2019, Crim’HALT remporte un second un appel projet européen Erasmus+ dit « Mobilité de l’Education des Adultes« .

Projet 2019 : séjour sur les terres libérées de la mafia : mieux faire face à la grande criminalité en France

ECOPASS (european connexions contre le crime organisé et la promotion d’alternatives sociales) est un séjour de formation au cœur des coopératives antimafias en Italie, pensé avec la fondation Terre de Liens et l’association Culture Contre Camorra. Retrouvez la plaquette présentation :Télécharger

Pendant 5 jours, des membres de l’association spécialistes du secteur associatif et de l’économie sociale et solidaire visitent, débattent, interagissent avec les acteurs du quotidien sur des biens confisqués aux criminels dans la Région de Reggio en Calabre grâce au partenaire italien : la Coopérative Valle del Marro Libera Terra :

Francois Fameli vice-président CH & directeur du média CaféBabel magazine, Francesa Festa, chargé de mission à CaféBabelElise Van Beneden présidente d’AnticorJean-Pierre Caron trésorier de Terre de liensLucile Garçon chercheuses en sciences socialesFabrice Rizzoli co-fondateur de Crim’HALT, Philippe Lacroix chargé de mission pour le Haut Comité pour le logement des personnes défavoriséesRocco Femia journaliste & directeur de la revue culturelle RadiciHélène Constanty journalisteChristophe Andrée lanceur d’alerte et administrateur de la Confédération syndicale des familles, Franco Ianiello président Ianniello de l’associationCulture contre Camorra, Héloïse Rambert journaliste, Hélène Wagner exploitante agricole, lanceuse d’alerte, Jean-François Durazzo membre du collectif Massimu Susini Isabelle Souquet journaliste radioPaule Casanova-Nicolai journaliste Corse MatinStefano Vosa Grand Reporter Image, Julien Marcy réalisateur

sont en Italie du 7 au 12 pour apprendre les « bonnes pratiques » dans le combat contre le crime organisé à l’aide de l’usage social des biens confisqués. Sur la photo plus haut, le groupe devant le bien libéré de la mafia en Calabre. Cette maison imposante confisquée au clan Versace en 2006 est mise à disposition de la paroisse. En lieu et place d’un bar de mafieux et de lieux de violence contre les entrepreneurs qui ne voulaient pas payer racket : une auberge où le groupe a résidé, un centre d’activités pour les jeunes du quartier et un centre de soin ambulatoire pour tous.

L’objectif de ces projets cofinancés par le programme Erasmus+ de l’Union européenne : être armés pour obtenir un dispositif de restitution aux citoyens des biens confisqués ou être prêts lorsque ce dispositif sera en place…

Historique du plaidoyer :

Depuis 2009 FLARE France, ancêtre de Crim’HALT avec le soutien de Libera France milite pour se dispositif (cf. Lobbying antimafia à Bruxelles)

2014, l’association Anticor intègre dans son plaidoyer l’usage des biens confisqués.

2015, lors de semaine européenne contre le crime organisé, Crim’HALT bénéficie du soutien de l’association « Culture contre la Camorra »

2016, le monde l’ESS obtient l’usage social des biens confisqués mais le Conseil Constitutionnel prive les citoyens de l’unique moyen de changer les mentalitésé

2018, Terre de liens soutien le plaidoyer de Crim’HALT (cf. Tribune Reporterre)

2019, le Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées soutient l’objectif de Crim’HALT visant à une utilisation sociale des biens mal acquis en particulier pour développer l’offre de logements pour les personnes vulnérables

En 2020l’Assemblée nationale vote pour la seconde fois l’usage social des biens confisqués mais le confinement empêche le vote définitif…